Présentation

# Lien de téléchargement : Sonic-Pi # Documentation officielle : Documentation #

Sonic-Pi est un logiciel de live-coding musical, pensé comme une interface d’accès simplifiée à SuperCollider[0], sur lequel s’appuie l’application. La page GitHub de l’organisation TopLap[1] vous aidera certainement à mieux situer ce logiciel et à le comparer aux autres interfaces disponibles (Awesome Live-Coding). Je ne peux que vous encourager à la consulter pour être en mesure de situer Sonic-Pi par rapport aux autres langages populaires (FoxDot, Tidal Cycles, Ex Tempore, Ixi Lang[2], etc). Vous y trouverez également des ressources textuelles, des conférences, des articles universitaires[3] et des liens vous permettant d’acquérir une plus grande familiarité avec cette culture particulière.

Bien qu’il soit tout à fait possible de pratiquer le live-coding directement sur SuperCollider (Tutorial), Sonic-Pi est conçu pour épargner au musicien un temps considérable. Son principal avantage est de simplifier radicalement l’accès à cette pratique, auparavant réservée au nombre limité des musiciens capables de programmer, formés à la synthèse sonore et ravis d’expérimenter. Les scènes électroniques alternatives font une grande utilisation du live-coding, et il semble que la pratique ait tendance à gagner en popularité.

Sonic-Pi est un outil puissant, complet, facile d’accès, et aux possibilités virtuellement illimitées pour un utilisateur avancé. Il offre selon moi l’avantage de permettre de réintroduire certains aspects du jeu instrumental dans la pratique des musiques électroniques. Il s’agit de connaître son instrument, de le pratiquer régulièrement, d’anticiper et de mesurer ses actions, d’écouter et d’adapter le son en fonction de l’effet recherché. Il s’agit tout autant d’être en mesure de penser et de produire un discours improvisé, de travailler le son. Sonic-Pi peut être également utilisé en groupe — avec d’autres utilisateurs — ou avec d’autres catégories de musiciens. Il est également un outil pédagogique formidable, et permet d’aborder de nombreux sujets relatifs tant à la théorie musicale qu’à la synthèse, en utilisant un langage simple, formel et clair.

La communauté qui entoure le logiciel est vivante et dynamique, et de nombreuses performances sont régulièrement organisées, généralement dans les grandes villes européennes et américaines. Vous serez assurés de trouver sur le forum officiel consacré au logiciel, in_thread, une main secourable ou des ressources précieuses[4]. Dans le domaine de la programmation, il est rare que l’on ait à réinventer la roue en permanence. Un solution robuste et éprouvée est une bonne solution : vous trouverez des musiciens qui y partagent les leurs (et parfois leurs erreurs..).

Sonic-Pi est conçu par son créateur, Sam Aaron, pour être potentiellement compris et utilisé par des enfants et pour servir de ressource pédagogique. Auparavant auteur d’une librairie de contrôle de SuperCollider pour le langage Clojure nommée Overtone, Sonic-Pi peut être vu comme une tentative de la part de Sam Aaron de simplifier et de trouver une syntaxe plus immédiate. Ce qui est assez simple pour un enfant non formé à l’informatique est pour lui une solution élégante à un problème technique donné.

Pour diverses raisons financières, académiques et personnelles, la promotion autour de Sonic-Pi s’est principalement centrée autour de la pédagogie dans les salles de classe. Pour cette raison, je pense que Sonic-Pi n’a pas su jusqu’à présent acquérir une plus large popularité dans le domaine des musiques électroniques. Ce logiciel constitue pourtant, de mon avis, l’une des expériences les plus fascinantes que l’on puisse éprouver dans le domaine des musiques électroniques. Je me fais un joie non seulement d’essayer de vous apprendre à improviser avec Sonic-Pi, mais aussi de découvrir moi-même au fil de l’écriture de nouvelles manières de penser et d’associer des éléments issus du langage propre au logiciel.

Sonic-Pi peut également s’associer à d’autres compétences que vous possédez peut-être : utilisation d’un logiciel de notation, d’un DAW, contrôle d’un de vos synthétiseurs, etc.. Il peut également fournir une aide à la composition, un moyen d’explorer certaines idées musicales.

Vous en ferez l’expérience, dès lors que la syntaxe basique du langage est acquise, il devient aisé d’utiliser Sonic-Pi comme “séquenceur universel” grâce à la possibilité de communiquer avec d’autres applications par les protocoles MIDI et OSC (Open Sound Control). Sonic-Pi est dès lors capable de contrôler l’intégralité des synthétiseurs analogiques et numériques disponibles sur le marché tout autant que divers dispositifs visuels, audio-numériques ou mécaniques, sous réserve que ceux-ci puissent interpréter les protocole OSC et MIDI. Sonic-Pi est donc un logiciel d’une grande puissance, peu importe le type de musique que vous cherchez à créer : il permet d’établir très rapidement un contrôle précis et millimétré de très nombreux paramètres, tout autant que de constituer le synthétiseur ou la boîte à rythme tout à fait personnel(le) que vous pourriez chercher à créer.

Les articles les plus avancés de ce guide seront d’ailleurs consacrés à l’utilisation conjointe de Sonic-Pi pour contrôler des dispositifs de création sonore plus avancés.

J’espère que la lecture de ce guide vous sera agréable et utile. Je reçois volontiers toute suggestion d’amélioration, critique, ressource, que vous pourrez me faire parvenir par mail. Ce guide est en amélioration constante (du moins j’en fais le souhait). Je m’efforce de rectifier au plus vite dès qu’une erreur ou une approximation m’apparaît.

 

 

[0]SuperCollider : environnement de programmation pour la synthèse sonore. Logiciel populaire pour la composition algorithmique.

[1]TopLap : collectif artistique pour la promotion du live-coding pour les arts musicaux et visuels : lien.

[2]Ixi Lang : Sam Aaron et Thor Magnusson travaillent actuellement de concert pour implémenter Ixi Lang comme mini-language inclus dans la syntaxe de Sonic-Pi. La prochaine alpha 3.2.0 nous en apprendra plus.

[3] Cadre universitaire : les languages de live-coding sont fréquemment des projets de recherche menés par des étudiants en thèse ou par des membres d’un groupe de recherche. Sam Aaron est soutenu par le laboratoire d’informatique de Cambridge, Alex Mac Lean, créateur de Tidal Cycles, est membre d’un laboratoire situé à Munich, etc..

 

 

 

 

[4]Communautés : la plus large communauté consacrée au live-coding se réunit sur un salon de discussion nommé Lurk. Presque tout les langages y ont leur base arrière. Vous pourrez y discuter directement avec les créateurs des langages.

 

 

[4]Overtone est encore utilisé dans les tréfonds de Sonic-Pi. Les synthétiseurs standards sont écrits à l’aide de ce langage. Sam Aaron et Jonathan Graham formaient un duo utilisant le langage : Meta-Ex.