L’interface

La barre d’informations

Au bas d’une grille ORCA figure toujours une barre d’informations utiles sur votre patch:

De gauche à droite, et de haut en bas, voici la signification des différentes informations affichées :

  • Taille de la grille : ici 44×16. Vous pouvez modifier la taille de  la grille en utilisant les touches + et .
  • Largeur des blocs : la grille est ponctuée de repères visuels, symbolisés par un + pour une intersection et par des points réguliers. 8/8 est ici la taille par défaut des blocs. Vous pouvez modifier la largeur horizontale des blocs en utilisant les touches [ et ], et la largeur verticale en utilisant { et }.
  • ??
  • Battements par minute : si la grille est active, un indicateur visuel représenté par un astérisque clignotera pour vous donner une estimation du battement par minute. Les touches < et > servent à modifier le tempo.
  • Retours visuels : La partie droite de la barre d’information est occupée par un espace de retour visuel. Chaque point sera remplacé par une barre ( | ) dans l’éventualité ou une note MIDI ou une information OSC/UDP est transmise sur un canal.
  • Coordonnées du curseur : un indicateur numérique de la position du curseur sur la grille suivant les axes x et y.
  • Taille du curseur : Utilisez les touches Shift + flèches pour changer la taille du curseur (sélection de zone). Les deux nombres indiqueront donc la taille du curseur directionnel.
  • Informations : cette zone vous indique la qualité de la case sur laquelle se trouve votre curseur (vide, nom de l’opérateur, etc..
  • Frames : nombres de frames depuis l’ouverture de la fenêtre.

Contrôles

Tout les contrôles sont textuels. Vous “incarnez” @ et vous déplacez en utilisant les touches directionnelles. Tout les contrôles sur la grille sont effectuées uniquement à l’aide du clavier. La touche TAB met en relief chaque case de la grille. Sur MacOS, il est possible de se déplacer d’un bloc (et non d’une case) en maintenant la touche Cmd.

  1. Gestion du temps : La touche Espace contrôle l’horloge. Vous pouvez donc au besoin arrêter le temps. (Ce sera particulièrement utile quand vous aurez à rattraper un bang mobile de type O,E,N,S).
  2. Commentaires : la touche # permet de commenter une ligne. Une ligne commentée devient inactive.
  3. Suppression : la touche Return ou Supprimer efface ce qui se trouve en dessous de l’opérateur.

Pensez l’interface comme un hybride entre les contrôles d’un jeu-vidéo et d’un éditeur de texte. Il ne s’agit ni de l’un ni de l’autre et vous aurez certainement besoin d’un peu d’entraînement pour naviguer si vous n’êtes pas habitués à utiliser votre clavier de manière intensive.

Menus

Il existe également un menu utilisable à la souris. Il s’agit d’options plus ou moins classiques et de contrôles avancés :

  1. I/O typique : ouvrir, sauvegarder, etc..
  2. Contrôles du temps, de la grille.
  3. Sélection d’un port MIDI, UDP, OSC.
  4. Sélection d’un thème d’interface graphique personnalisé.

Le coeur d’ORCA reste toutefois la grille et l’essentiel des contrôles sont possibles avec le clavier.

Quelques détails

Il est recommandé d’utiliser ORCA en plein écran ou du moins de garder le plus possible la fenêtre au premier plan. Pour des raisons que j’ignore, la pulsation interne est fluctuante dès lors que la fenêtre passe au second plan. C’est un inconvénient mineur, mais cela peut être particulièrement déroutant dès que lors que vous changez de fenêtre fréquemment entre ORCA et un environnement de synthèse sonore.